Motivation (partie 2)

 Comment améliorer votre motivation
Dans cet article je vais présenter des exemples concrets pour améliorer votre motivation. Les pistes de travail proposées s’appuient sur mon article précédent concernant la thématique de la motivation en sport (Partie 1/2).
Etant partenaire de l’E-ROAD BIKE GRAND PRIX (19 Octobre 2019 en Savoie Mont-Blanc) j’ai choisi de m’adresser plus spécifiquement à tous les cyclistes qui souhaitent prendre part à cette compétition.

3 MINUTES DE BRAINSTORMING :
La première chose à faire est de savoir POURQUOI vous souhaitez participer à cette épreuve.
Pendant les trois prochaines minutes vous allez répondre à ce « POURQUOI ? » en écrivant toutes les idées qui vous viennent en tête, sans vous juger, sans vous censurer.
C’est ce que l’on appelle communément un « brain storming » mais que l’on pratique habituellement en travaux collectifs.
Voici quelques questions qui pourront vous aider dans votre réflexion :

  • «Qu’est-ce que cela m’apportera de participer à cette course ? »,
  • « Quel est l’intérêt pour moi d’utiliser le vélo de course à assistance électrique ? »,
  • «Que pourrais-je faire d’autre lorsque j’aurai atteint ce premier objectif ?»,
  • « Pourquoi est-ce vraiment important pour moi ? »

1 MINUTE DE VISUALISATION :
Une fois toutes ces idées inscrites noir sur blanc, essayez d’associer une ou plusieurs images à vos motivations. Ce peut être les paysages que vous imaginez voir durant le parcours, la perte de poids associée à votre préparation sportive, vous observer au sommet du col que vous n’avez jamais atteint jusqu’alors, ou bien encore vous imaginer en train d’accompagner vos petits-enfants durant leurs prochaines vacances cyclistes grâce à ce challenge…
L’important est d’avoir :
UN OBJECTIF QUI VOUS INSPIRE ET DES RAISONS PERSONNELLES QUI VOUS POUSSENT A L’ATTEINDRE.

REMPLIR UN CARNET D’ENTRAÎNEMENT :
L’objectif final est encore lointain : 3 mois et demi à la rédaction de cet article. Vos capacités actuelles ne vous permettent peut-être pas d’accomplir un tel effort pour le moment. Mais pourtant, à chaque séance, à chaque entraînement, et jour après jour vous progresserez.
Il est indispensable d’évaluer cette progression régulièrement afin de vous sentir en capacité de réaliser votre objectif. Vous pourrez répertorier plusieurs informations dans votre carnet d’entraînement mais pour débuter je vous conseille de choisir les principales :

  • contenu de la séance (nombre de km, dénivelé, vitesse moyenne…),
  • contexte (météo, moment de la journée, partenaires ou non…)
  • retour personnel (sensations, atteinte de l’objectif fixé, évaluer votre fatigue physique…)

D’une contrainte fastidieuse au début, remplirle carnet deviendra rapidement une habitude nécessaire et rapide. Libre à vous d’y ajouter les renseignements que vous
souhaiterez au fur et à mesure, le but étant de vous l’appropriez et de faire en sorte qu’il vous ressemble et soit personnalisé.
Le carnet d’entraînement a de si nombreux intérêts qu’il serait trop long de tous les décrire ici mais le principal est qu’il vous permettra de rester motiver en observant votre progression à très court terme (quasi-quotidien). Un coup de moins bien durant votre préparation, de mauvaises sensations durant une sortie, une gêne musculaire… ? Reprenez votre carnet en main depuis le début de votre entraînement et reprenez confiance en vous, vous êtes sur la bonne voie, vous avez déjà fait une partie du chemin malgré tout.

TECHNIQUE DU SANDWICH (ou "hamburger" ) :
Après chaque séance d’entraînement ou compétition, utilisez la
technique suivante pour votre debrief’ :
- Notez 2 points positifs spécifiques :
« J’ai réussi à rester avec le groupe de cycliste qui m’a doublé en bas du col »
« Mes trajectoires en descente était plus efficaces, j’ai réussi à garder un
maximum de vitesses dans les courbes »

- Notez 2 points à améliorer (formuler positivement) :
« Je dois veiller à plus récupérer durant les portions en descente pour fournir plus
d’efforts en montée ».

« La prochaine fois, je roulerai 100 mètres de plus sans l’assistance électrique dans ce col »
- Notez 2 points positifs généraux :
« J’ai eu la motivation de faire la séance malgré la météo (chaleur, pluie, vent…) »
« J’ai eu la motivation de faire la séance tout seul (amis pas disponibles, malades…)
Cette méthode simple permettra d’avoir un retour construit et surtout constructif pour l’avenir, tout en renforçant votre confiance en vous et donc la motivation intrinsèque (sentiment de compétence).

  • VOTRE PROJET VOUS APPARTIENT :
    Je présenterai une manière efficace de formuler votre objectif dans le prochain article mais j’aborde dans le paragraphe ci-dessous la manière de le CHOISIR.
    Comme je le précisais dans l’article précédent, il est nécessaire de
    s’approprier son propre projet sportif. Pour favoriser cela répondez à ces questions avant de demander l’avis de votre entraîneur ou de vos partenaires
    d’entraînement :
  • « Quel est mon objectif pour la compétition Road E-Bike Grand Prix le Samedi 19 Octobre 2019 ? »
  • « Quels sont les engagements que je vais prendre pour l’atteindre ? »
  • « Que me manque-t-il ou de quoi ai-je besoin pour m’aider à réussir ? »
  • « Qu’est-ce qui peut m’empêcher de réussir ? »
  • « Quelles sont mes attentes envers mon entraîneur, mes partenaires, pour
    ce projet ? »

Etre acteur vous encouragera à assumer les engagements que vous aurez vous-même choisi de vous imposer.

Bien entendu, l’expertise de votre entraîneur ou les échanges avec vos coéquipiers servira à réguler et ré-équilibrer le projet en fonction de vos capacités.

Tout repose finalement sur l’efficacité de la communication.
Vous pourrez adopter la même démarche de réflexion pour d’autres échéances :


Construisez vous-même la séance pour le prochain entraînement (objectifs,
contenus, matériel, intensité, critères de réalisations et de réussite…) plutôt
que de suivre un programme d’entraînement sans intérêt.

Adopter cette attitude d’auto-questionnement le plus souvent
possible. Avant de demander le retour à quelqu’un d’extérieur, posez-vous d’abord ces questions :

 

  • « Qu’ai-je ressenti ? »
  • « Ai-je réussi ? »
  • « Qu’est-ce qui était le plus difficile ? »
  • « Qu’ai-je mis en place pour réaliser l’exercice, et que devrais-je modifier  à l’avenir? »

Tous ces éléments vous aideront à avoir une meilleure connaissance de vous-même et à avoir une motivation intrinsèque efficace.

CHOISISSEZ VOTRE RÔLE :
Faire partie d’un groupe n’est pas suffisant, il faut surtout se sentir appartenir à ce groupe et se sentir reconnu en tant qu’individu à part entière. Savoir que notre parole a le même poids que celles des autres ou que l’on peut être force de proposition suffit parfois à assouvir ce besoin d’appartenance et de reconnaissance.
Si vous le souhaitez, n’hésitez pas à  proposer :
- des idées de parcours à vos partenaires d’entraînements,
- des créneaux pour faire une séance de renforcement musculaire entre midi
et deux par exemple,

- des événements extra-sportifs (repas ou autre).

Le but est simplement que chacun trouve sa place et occupe un rôle (sportif ou non) qui lui convient.
Ces propositions étant simplement des pistes de réflexion préliminaires, n’hésitez pas à vous renseigner auprès d’un  préparateur mental pour davantage
d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *